Le combat amorcé par les femmes pour leurs droits depuis maintenant une soixantaine d’années vient repositionner la question de la masculinité au centre du débat.

L’évolution de la société et des mœurs s’accompagne inexorablement de bouleversements sociétales. Ces bouleversement viennent frapper de plein fouet ce qui est le cœur des relations humaines, les relations homme-femme. Le statut de la femme ayant évolué, une certaine crise identitaire masculine vient pointer le bout de son nez. Certains tentent de décrédibiliser cette crise identitaire masculine en soulignant que cette crise est souvent évoquée depuis le début de l’humanité et au fil des siècles.

Pour ma part, il me parait insensé de renier l’existence de cette crise, aujourd’hui du moins. Il est tout à fait logique qu’avec l’évolution du rôle de la femme au sein du couple, de l’économie et de la société, le rôle de l’homme soit requestionné. Les deux rôles étant étroitement et éternellement liées. La société est une organisation où chacun joue un rôle spécial, si le rôle de l’un change, il bouscule celui de l’autre inéluctablement. La logique qui voudrait dire que l’évolution du rôle de la femme ne piétine pas forcément sur celui de l’homme, que les territoires sont distincts et qu’une crise identitaire masculine n’est donc pas justifiée est totalement fausse.

Les exemples ne manquent pas à ce sujet. Aujourd’hui, certains hommes sont déboussolés. Des hommes terrifiés juste à l’idée d’aller aborder une fille tant le féminisme radical a fait des ravages ces dernières années. Un bourrage de crane incessant a touché les consciences masculines. Entre masculinité toxique, polémiques autour d’une supposée tyrannie et suprématie masculine, beaucoup d’hommes font profil bas de peur d’être traités de misogynes.

Je tiens à préciser que cet article est loin d’être une diatribe contre le féminisme et le combat mené par les femmes. Loin de moi cette idée. Le combat mené par les femmes pour aboutir à une égalité au niveau des libertés et des droits est tout à fait noble. Mais lorsque le combat transcende cette cause noble et prône une certaine lutte entre les deux sexes, je considère qu’il est temps de mettre des limites. L’extrémisme nuit à toute idéologie, le féminisme n’y échappe pas.

Le féminisme radical a la fâcheuse tendance, tout comme n’importe quel extrémisme idéologique ou religieux, à penser que si l’on s’oppose à certaines idées du mouvement, alors on s’oppose à tout le combat. Ainsi, lorsque certains hommes boycottent certaines idées du féminisme, ils sont automatiquement traités de misogynes et sont considérés comme des ennemies à abattre. Il en va de même pour les femmes qui s’opposent à certaines idées du mouvement. Or, on peut tout à fait soutenir le cœur de la cause sans pour autant être d’accord avec tout ce qu’il y a autour. Marx était bien un génie à son époque, il a présenté théoriquement une idéologie (le communisme) et a très bien décrit des concepts économiques qui sont vérifiés aujourd’hui, il n’en demeure pas moins vrai que sa théorie comporte quelques failles. Le communisme a échoué à plusieurs reprises. Ce n’est pas pour autant que le cœur de l’idéologie communiste n’est pas noble et qu’on ne peut pas l’embrasser.

Là où je ne rejoins donc pas beaucoup de féministes, c’est dans leur manie de normaliser tout et de renier les comportements spécifiques à chaque genre. Toutes ces spécificités de genre ne sont pour eux que constructions sociales. Or, il est tout à fait irrationnel de penser que les différences homme/femme ne sont que des concepts sociaux. Ces différences sont ancrées dans notre ADN depuis des millénaires.

Mais effectivement, il est très difficile de différencier les comportements ancrés durablement dans nos gênes et qui sont donc indispensables à notre survie et à la perpétuation de l’espèce de ceux que la société a construit et infiltré dans notre esprit. Il est donc tout à fait louable de chercher ce qui cloche sans tomber dans le piège de tout pointer du doigt comme « construction sociale ».

Comment donc définir la masculinité en 2020 ?

Les bases de la masculinité n’ont pas changé et ne sont pas prêts de changer. L’essence de la masculinité réside dans l’action, la conquête de nouveaux territoires, la prise de risques, des principes solides et enfin, assurer et faire prospérer une descendance.

Quoi qu’on dise la société, les féministes ou la chèvre de Monsieur Seguin, les valeurs que je viens de citer sont les fondements incontournables de la masculinité. Ils transcendent les époques et les civilisations.

Chers amis, voyons donc ensemble chacun de ces éléments et essayons de les détailler. Nous allons surtout chercher à expliquer et à adapter ces valeurs à notre époque. Vous allez voir, c’est très intéressant de comprendre comment ces valeurs se traduisent concrètement en 2020.

La masculinité, c’est d’abord l’action !

L’énergie masculine se traduit concrètement par de l’action.

L’action, c’est le fait d’être en mouvement dans sa vie, d’aller de l’avant et de chercher à évoluer inlassablement. L’action nécessite une grande énergie. L’énergie d’apprendre, d’échouer, de combattre la paresse et la procrastination, de tomber, de trouver la force de se relever et de toujours continuer d’avancer.

L’action commence d’abord par prendre l’entière responsabilité de sa vie. La masculinité va à l’encontre de la victimisation. Une loque humaine qui passe son temps à se plaindre de tout et de rien, à se lamenter sur son sort, n’a rien de masculin. Un homme qui remet toujours la faute de la médiocrité de son existence sur le compte des autres ( gouvernement, parents, malchance etc…) est loin d’affirmer sa masculinité. Il n’y a rien de plus repoussant pour une femme…

Voyez-vous, il ne peut y avoir d’action sans prendre conscience de l’entière responsabilité de son existence.

Si vous êtes aujourd’hui là où vous êtes, c’est bien le résultat de vos choix et décisions antérieurs. Chaque décision que vous prenez a des conséquences. Chaque décision plante les graines d’un futur succès ou d’un échec. Vous devez en être pleinement conscient si vous désirez être un acteur majeur de votre vie. Dans le cas contraire, vous resterez une victime subissant son existence et se noyant dans une passivité encouragée par le fait que les événements de cette vie ne sont pas de votre ressort.

Bien évidemment, certains événements ne sont pas à notre portée et nous sommes loin d’avoir un contrôle sur eux. Ils peuvent nous tomber dessus soudainement et mettre à nu toute l’impuissance de l’existence humaine. Cependant, vous êtes responsable de votre réaction à ces événements. Vous pouvez agir en victime et laisser tout le poids de vos problèmes vous écraser lamentablement ou bien, prendre les commandes et agir pour affronter ces événements. Vous avez le choix.

Il ne faut simplement pas oublier, et je ne cesserai de le répéter, qu’il ne peut y avoir d’action si vous ne pensez pas être le seul maître de votre existence.

Vous me direz, nous ne pouvons pas avoir le contrôle non plus sur la globalité et la complexité des conséquences de nos décisions. Certes. Cependant, être maître de son existence ne signifie pas prédire l’avenir non plus. La vie est un mystère avant tout, c’est ce qui fait son charme. Nous ne pouvons tout contrôler. Ce que nous pouvons faire simplement est de ne pas s’attarder sur les choses que nous ne pouvons pas influencer et focaliser notre énergie sur les choses que nous contrôlons grandement.

Exemple : Nous pouvons agir sur notre développement personnel, notre éducation, notre forme physique, notre organisation, notre discipline etc…

Nous pouvons moins contrôler à notre petite échelle les comportements et les actes de personnes qui sont à l’autre bout de la planète, les guerres etc…

Tout comme nous n’avons aucun contrôle sur les caprices de Dame Nature, la météo, les tremblements de terre etc…

Plus nous focaliserons notre attention et notre énergie sur les choses qu’on peut contrôler et influencer, plus on se sentira entièrement responsable de notre existence et agirons en conséquence. Ce qui fera place à l’action.

A l’inverse, plus nous focaliserons notre attention sur les choses qu’on ne peut pas contrôler et influencer, plus nous nous sentirons petits et impuissants et plus nous abandonnerons l’action au profit d’une grande passivité.

La conquête de nouveaux territoires.

De toute époque, des hommes ont parcouru terres et mers à la conquête de nouvelles contrées. La conquête de nouveaux territoires, l’expansion de son empire a toujours été une motivation masculine par excellence.

Les exemples ne manquent pas à cet égard. Alexandre le Grand, Jules César, Christophe Colomb, Napoléon, tous ont été emportés par ce désir ardent d’explorer et de conquérir des territoires inconnus. Cette motivation est toujours présente, l’exemple le plus flagrant est bien Elon Musk qui ambitionne de conquérir Mars.

Cependant, la conquête de nouveaux territoires au sens géographique du terme n’est plus vraiment d’actualité aujourd’hui. Enfin, pas complètement. Certains territoires présentent bien des enjeux géopolitiques majeurs. Les zones pétrolifères en sont un exemple puisqu’elles sont bien la cause de nombreux conflits comme on peut le voir aujourd’hui dans la course à la conquête de l’Arctique à laquelle se livrent les grandes puissances.

Néanmoins, en 2020, la conquête de nouveaux territoires est d’abord une conquête intellectuelle. Aujourd’hui plus que jamais, le savoir c’est le pouvoir. Conquérir de nouveaux territoires est un combat intellectuel. L’apprentissage de nouvelles compétences, de nouvelles langues, de nouvelles disciplines se traduisent par une conquête de nouveaux territoires.

La masculinité réside donc dans l’énergie que vous dépenserez dans votre développement intellectuel. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les conflits du XXI ème siècle sont loin d’être idéologiques, ils sont purement économiques. Cette guerre économique nécessite des ressources technologiques importantes. Ces technologies à la pointe de l’innovation sont le résultat de milliards dépensés dans les pôles de recherche et de développement. C’est dire l’importance du savoir à notre époque, lorsque des milliards sont dépensés à ce niveau-là, ce n’est pas pour rien.

Meme sur le plan militaire, les pays les plus puissants sont ceux qui sont à la pointe de la technologie. Sans oublier que cette technologie permet une avancée économique majeure. Les français, les américains et les israéliens sont les plus grands constructeurs d’armes au monde. L’industrie de l’armement fait gagner des milliards de dollars à ces pays-là.

Tout cela pour dire que le savoir constitue une terre de conquête immense et infinie. Les hommes intelligents l’ont compris il y a longtemps. La conquête de territoires intellectuels permettra la conquête de n’importe quel autre territoire.

Vous ne devez donc jamais arrêter d’apprendre. Chaque nouvelle chose apprise ou expérimentée vous donnera une avance sur vos voisins. Le mâle, à travers les siècles, a toujours cherché à protéger son territoire, à l’agrandir et avoir accès aux territoires les plus riches et les plus propices à sa survie.

Armez-vous de savoir et vous vous assurerez les meilleurs territoires.

La conquête concerne aussi des territoires intérieurs. A l’intérieur de nous-même. La connaissance de soi est la plus grande des sagesses et l’intelligence ultime. Celui qui conquiert son territoire intérieur est mieux armé que quiconque. Parce que notre première bataille est intérieure. Nous sommes notre propre limite. Celui qui se connait lui-même a conscience de ses points faibles et de ses atouts. Il sait comment s’organiser efficacement, il a une auto-discipline en acier et sait mettre à profit ses points forts.

Partir à la conquête de soi est la plus belle des conquêtes.

La masculinité, c’est aussi une perpétuelle prise de risques !

Nos ancêtres, les hommes des cavernes, devaient risquer leur vie pour espérer se nourrir et survivre.

La prise de risques faisait partie intégrante de leur quotidien. Ils devaient aller chasser pour assurer leur survie. Ils n’étaient pas à l’abri d’une agression extérieure par une autre espèce. Ils devaient donc toujours etre sur leurs gardes tout en passant à l’action.

Croyez-vous qu’ils pouvaient se permettre de se lamenter sur leur sort et de chercher le confort de la sécurité. Les plus faibles ne survivaient pas.

Cette prise de risque a permis à l’Homme de survivre, de perpétuer l’espèce et de s’adapter sans cesse à son environnement. Sans prise de risque, il n’y a pas d’évolution. Si des hommes à travers les siècles n’avaient pas défié les codes de leurs époques et pris les plus grands risques, je ne serais peut-être pas là en train de taper comme un taré sur mon clavier pour communiquer avec vous.

Des Thomas Edison, des Gandhi, des Mandela, des Abraham Lincoln ont du prendre des risques pour faire du monde un meilleur endroit pour nous. La prise de risques est inévitable si l’on souhaite se développer et innover.

Thomas Edison a du prendre des risques, échouer plus de 10 000 fois avant d’offrir à l’humanité l’ampoule électrique. Il a du faire face à l’échec, la désillusion, renoncer à ses plaisirs du moment pour consacrer toute son énergie à son projet.

Nelson Mandela a sacrifié toute sa vie pour sa cause. Il a passé plus de 27 ans de sa vie en prison. Les risques qu’il prenait pour voir son rêve se réaliser étaient énormes. Le rêve de voir des hommes de toute race, ethnie ou couleur de peau, naître libres et égaux. S’il n’avait pas pris tous ces risques, Dieu seul sait si le régime d’Aparteid n’avait pas continué à régner.

William Wallace au XIII ème siècle a du prendre des risques énormes pour former la résistance écossaise face à la tyrannie anglaise de l’époque. Il voulait faire des écossais des Hommes libres et mettre fin à l’oppression anglaise. Lorsque je dis « oppression » dans ce cas, c’est un euphémisme.

Je ne vous demande pas de vous transformer en Mandela ou Wallace mais sachez que si vous avez un rêve, un projet que vous ambitionnez de réaliser, il va falloir prendre des risques. L’univers ne nous livres pas ses plus beaux trésors sur un plateau. Pour réaliser vos rêves, il va falloir aller vous aventurer hors de votre zone de confort, affronter vos peurs et faire face à plusieurs obstacles, autant intérieurs qu’extérieurs.

Et cela se marie bien avec le point précédent. La prise de risques est primordiale pour conquérir de nouveaux territoires.

Ces trois premières valeurs que je vous ai détaillé sont inexorablement liées. L’action et la prise de risques sont indispensables à la conquête de nouveaux territoires.

La masculinité est basée sur des principes solides.

Comment mieux défendre sa masculinité qu’en l’entourant de principes solides ?

Un homme sans principes fera perdre toute crédibilité à sa masculinité. Il se fera balader par les gens et les femmes en particulier, au gré de leurs caprices.

Voyez-vous les principes, c’est ce qui nous permet de rester solide et de ne pas se faire bousculer par n’importe quel vent qui passe. Nos principes nous permettent de nous fixer des limites comportementales à ne pas outrepasser avec les autres. Mais les principes sont aussi là pour fixer des limites aux autres dans leurs agissements envers nous.

Etre masculin, c’est donc de respecter les limites qu’on s’est promis de ne pas outrepasser. Mais aussi de ne pas permettre aux autres de s’amuser à franchir ces limites.

Au cours de votre vie, vous allez rencontrer beaucoup de personnes qui vont tenter de vous contrôler en utilisant la culpabilité, votre besoin de validation, l’argent, le sexe, l’humiliation…

Etre masculin et viril, c’est d’abord de faire comprendre aux autres qu’ils ne peuvent pas s’amuser à vous manipuler.

L’un des traits des « vrais hommes » est leur capacité à quitter n’importe quelle personne ou situation, s’ils estiment que les limites qu’ils se sont posées ont été outrepassées.

D’où l’importance des principes. On ne négocie pas avec ces principes.Si vous estimez qu’une personne a franchi ces limites, vous ne devez pas hésiter à la remettre à sa place ou la quitter si la situation se régénère. Peu importe qui est la personne en question, son degré de beauté, sa richesse etc…

Un homme sans principes ne gagnera jamais le respect de ses pairs et est à l’opposé de toute attitude masculine. Je vois énormément d’hommes laisser leurs principes être bafoués uniquement parce qu’ils estiment que la beauté de leur copine est supérieur à la valeur de leurs principes. Ces hommes-là ne font pas long feu avec les femmes et sont toujours choqués d’être plaqués par leur copine. Alors que pourtant, ils ont tout fait pour elle et ne lui refusait rien, malheureusement, c’est justement pour cette raison qu’ils se font souvent jeter…

Les femmes le sentent lorsqu’un homme est doté d’une force de caractère et qui ne tolère en aucun cas qu’on bafoue ses principes. Ces hommes de principes attirent massivement les femmes.

Ne trahissez jamais vos principes, vos valeurs, vos rêves, votre personne en général pour la première femme qui accepte d’écarter les cuisses pour vous… Vous valez mieux que ça !

Assurer et faire prospérer une descendance.

Certains diront que c’est une vision archaïque de la situation et je ne leur en veux pas puisque ça peut en avoir l’air à la surface.

Cependant, chaque homme, ne serait-ce qu’inconsciemment, tente de réussir le test de Darwin, la sélection naturelle.

Comment ne pas être éliminé par la sélection naturelle ?

Tout simplement, en engendrant une descendance. Ça ne s’arrête pas là cependant.

Tous ces jeux de séductions ont pour but final de trouver LA FEMME qui partagera votre vie et qui donnera naissance à votre progéniture. La femme qui vous parait idéal et qui partage vos valeurs. Celle que vous sentez capable d’assumer avec vous la charge de l’éducation de vos futurs enfants.

D’où l’importance du point précédent, concernant la nécessité d’être un homme de principes. En étant un homme de principes, vous aurez plus de chances de rencontrer une femme qui partage vos idéaux et vos valeurs et avec laquelle vous pourrez assurez la survie et la prospérité de votre descendance.

Il ne suffit pas, bien sur, de simplement engendrer une descendance. N’importe quel connard doté d’attributs masculins en a le pouvoir (il subsiste bien sur des exceptions, des problèmes de stérilité par exemple qui ne sont pas de notre ressort, dans ce cas on n’y peut rien). Cependant, pour les hommes capables physiquement de se reproduire, l’aventure ne s’arrête pas là. Le plus important est d’être capable d’assurer la survie et la prospérité de sa progéniture. Sinon, on donnera naissance à une progéniture incapable d’affronter le monde et on sera finalement rattrapé par la sélection naturelle dans la ou les prochaines générations.

Tout l’enjeu est donc de pouvoir apporter toutes les ressources nécessaires au bon développement de sa progéniture. C’est pour cette raison que les hommes de haut rang sont courtisés par les femmes. Les codes du désir n’ont pas changé depuis la nuit des temps.

Auparavant, les femmes cherchaient à s’accoupler avec le mâle dominant, le chef de la tribu, ce qu’on retrouve aussi dans le règne animal. Ignorer notre coté animal est une ineptie sans nom. Aujourd’hui, les femmes cherchent à se reproduire avec les hommes alphas, c’est à dire ceux qui disposent d’un statut social élevé. C’est limite biologique.

Une femme a envie de voir ses enfants avoir accès à la meilleure éducation possible, être dans les meilleurs écoles, accéder à une alimentation de qualité, pratiquer des activités extra-scolaires coûteuses etc… Il n’y a rien de mal à ca, je n’ai aucun jugement moral à ce niveau-là, une femme, par amour pour ses enfants, a envie de leur offrir leur meilleur avenir possible. Faute de ressources, cela n’est malheureusement pas possible. Alors qu’on le veuille ou non, que ça nous plaise ou pas, un homme de rang social élevé sera toujours préféré à un semblable de rang inférieur dans la hiérarchie du désir féminin à long terme.

La masculinité passe donc irrémédiablement par une volonté d’assurer à sa descendance toutes les ressources nécessaires à leur développement ( intellectuel, physique etc…). C’est ce qui pousse les hommes à entrer en concurrence, à travailler dur et à chercher le meilleur moyen de gagner leur vie. Ils espèrent permettre à leur descendance d’en engendrer une à leur tour. C’est ainsi qu’on transmet nos gènes et qu’on perpétue nos gènes et ceux de nos ancêtres.

La masculinité, c’est donc aussi mettre à profit cette envie de transmettre nos gènes et d’assurer la prospérité de notre descendance au service du monde. Servez-vous donc de votre désir de perpétuer l’espèce pour accomplir vos projets, pour travailler plus dur, pour entreprendre de nouvelles choses qui pourront être utiles pour vos semblables. Développez vos compétences, mettez votre savoir-faire au service de votre communauté et améliorez votre statut social et votre valeur d’homme. Devenez la personne que vous rêvez d’être, la personne que vos enfants seront fiers d’avoir comme père. Devenez cet homme que les femmes aimeraient avoir comme partenaire de vie. En somme, embrassez le développement personnel et devenez la meilleure version de vous-même.

Parce que oui, la masculinité se nourrit essentiellement d’un désir ardent d’évolution.

Il y a encore beaucoup à dire à ce sujet mais je suis en train de frôler les 3500 mots. Si tu es arrivé là dans ta lecture, je félicite ta curiosité intellectuelle et te remercie pour ta fidélité envers le blog.

Je serais curieux de savoir combien sont arrivés au bout de cet article, alors si tu fais partie des vaillants lecteurs qui ont réussi cet exploit, je t’invite à me laisser un commentaire.

Je tiens donc à te remercier cher ami, toi qui lis ces lignes, c’est grâce à toi que je continue de partager ma passion, mes idéaux et mes opinions.

Je te dis donc à très bientôt cher ami, en attendant prends soin de toi et reste séduisant !

Mon compte Instagram : kamalkemzi

Ton ami qui te rappelle les fondements de la masculinité,

Kamal

Pour ceux qui veulent aller plus loin et qui souhaitent passer un cap dans leur développement personnel et apprendre à exploiter pleinement tout leur potentiel de séduction, mon livre « Atteignez le succès que vous méritez avec les femmes » est disponible sur Amazon.


10 commentaires

Nicolas · 1 février 2020 à 11 h 26 min

on est là jusqu’au bout ! un chef d’œuvre cet article

    Kamal · 1 février 2020 à 21 h 40 min

    Merci pour ta fidélité Nicolas 🙂 Force à toi !

Joseph · 1 février 2020 à 14 h 08 min

Je suis aussi arrivé jusqu’au bout. C’était un article superbe.

    Kamal · 1 février 2020 à 21 h 37 min

    Merci Joseph ! Au plaisir de te revoir au prochain article 😉

Anas · 1 février 2020 à 15 h 50 min

Magnifiquement bien écrit ! Un « must read » cet article . Merci tonton Kamal !

    Kamal · 1 février 2020 à 21 h 38 min

    Merci à toi Anas !

lamaisonadormirdebout · 1 février 2020 à 21 h 31 min

Le top, vous m’avez épaté, merci pour de l’avoir partager.

Edesh · 17 août 2020 à 12 h 27 min

Très intéressant, et menant à beaucoup d’autres réflexions, merci pour ton travail et tes autres articles, d’ailleurs. Effectivement je pense que le développement personnel d’un individu, ne doit pas systématiquement et uniquement passer par le développement de ses relations humaines/sociales/amoureuses mêmes si ces dernières sont au cœur de notre aventure dans la vie. Ce serait se laisser aller à la facilité et perdre sa propre identité. Se recentrer sur soi pour mieux avancer dans la vie semble être la clé de la survie!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :