Ah l’amour ! Ce sentiment si noble et si délicieux mais dont l’arrière-gout tend à nous faire douter de son existence. Une utopie que l’être humain s’est résolu à adopter comme croyance. Je parle cependant de l’amour entre un homme et une femme puisqu’il y a plusieurs types d’amour telles que l’amour-propre etc… Le commun des mortels ressent ce besoin de croire en quelque chose, de se sentir attaché à une sorte de puissance invisible. C’est cette croyance qui forge l’espoir… et le désespoir par la même occasion. On plante dans l’esprit des gens dès leur plus jeune age, l’idée selon laquelle, un beau jour, en poursuivant leur bonhomme de chemin habituel, le destin les bousculera soudainement en leur présentant l’élu(e), cette personne qui est censée révolutionner leur existence et lui donner une nouvelle dimension. Ils auront une maison, des enfants, un petit fauteuil, une petite télé et ils vivront heureux et en harmonie sans se soucier de qui aura la télécommande dans la main. Et c’est ce bourrage de crane constant qui est abominable, présent partout, au cinéma, dans les publicités etc… Ces marchands de rêve présentent cette personne comme leur moitié, l’être qui les complétera et ils ne feront qu’un. Mais lorsqu’ils ne formeront qu’une seule entité, qui des deux disparaîtra pour se dissoudre dans l’autre ? Telle est la question…

Ah je me sens inspiré aujourd’hui, j’avais vraiment envie de partager avec vous une réflexion sur le sujet.

L’amour, on en entend parler partout, à la télé, au cinéma, dans la rue mais comment peut-on le définir réellement ?

Actuellement, je lis un bouquin qui m’a plongé dans la réflexion sur ce que peut être véritablement l’amour.

Scott Peck, psychiatre mondialement reconnu, consacre un chapitre entier de son livre « Le chemin le moins fréquenté » à essayer de définir l’amour.

L’auteur définit donc l’amour comme la volonté de se dépasser dans le but de nourrir sa propre évolution ou celle de quelqu’un d’autre.

Il explique que l’acte d’aimer s’accompagne d’une évolution personnelle. Aimer ne doit pas simplement être un désir mais il doit s’accompagner d’une volonté, et c’est cette dernière qui va être à l’origine de l’action.

La plupart des gens dans notre société désirent aimer mais peu y arrivent. Le désir n’est donc pas suffisant. Il doit être allié à l’action pour aboutir à l’amour véritable.

L’amour c’est donc se dépasser, faire un effort, un pas de plus vers l’autre.

L’auteur nous explique dans un premier temps ce que l’amour n’est pas.

Tomber amoureux.

Selon Scott Peck, l’une des fausses croyances les plus répandues est de croire que tomber amoureux c’est de l’amour.

Pour étayer cela, il explique que tomber amoureux est motivé, consciemment ou inconsciemment, par un désir sexuel. 

Deuxièmement, tomber amoureux est une expérience temporaire puisque tôt ou tard la passion s’éteint.

Tomber amoureux nous fait voyager au-delà des frontières du moi. Selon l’auteur, nous souffrons presque tous de la solitude. Tomber amoureux nous permet d’y échapper…temporairement. Alors nous pensons que nous formons plus qu’un avec l’être aimé.

Mais la réalité vient vite nous rattraper. En nous confrontant aux problèmes de la vie quotidienne, l’individu va se réaffirmer. Il veut faire l’amour, elle non. Elle veut aller rendre visite à ses parents, lui non. Chacun veut parler de ses propres problèmes etc…

Chacun prend donc conscience amèrement qu’il ne forme pas une seule entité avec l’être aimé. C’est la fin de l’idylle, la passion s’éteint. Et c’est à ce moment là qu’ils vont soit dissoudre les liens qui les unissaient, soit commencer le travail du véritable amour. 

Tomber amoureux n’est pas un acte de volonté contrairement au véritable amour qui est une vraie expérience d’enrichissement durable.

L’amour romantique.

Selon l’auteur, le mythe de l’amour romantique est un affreux mensonge.

L’idée selon laquelle le ciel a prédestiné chaque jeune homme à une jeune femme fait énormément de mal dans la société, en témoignent les patients que suivaient Scott Peck.

Cette fausse idée nous vient des contes de fées pour enfants. La passion nous donne ainsi l’illusion que ça durera pour toujours.

Certaines personnes croient en l’idée que les âmes-sœurs sont prédestinées par les astres, et qu’à chaque jeune homme ne correspond qu’une unique femme. Lorsqu’ils se rencontreront, il ne formeront qu’un.

C’est FAUX. Le véritable amour c’est d’accepter l’individualité de chacun.

Les frontières du moi.

Le véritable amour réside donc dans le fait de se dépasser pour évoluer spirituellement.

Scott Peck prend l’exemple d’un homme qui aime son jardin. Il prendra donc le temps de s’en occuper, de se lever plus tôt le matin pour en prendre soin. Mais en s’occupant de son jardin, cet homme va au-delà des frontières du moi, il commence à en apprendre beaucoup plus sur le jardinage, les engrais etc… L’amour de son jardin lui a permis donc d’évoluer et d’élargir ses frontières.

Tomber amoureux permet de faire tomber nos frontières mais seulement partiellement et temporairement. Contrairement à l’amour véritable qui nous permet d’élargir nos frontières de manière durable.

L’auteur ajoute aussi que faire l’amour n’est pas un acte d’amour en soi. On peut très bien, au moment de l’orgasme, dire « je t’aime » à une prostituée pour qui on n’éprouve rien du tout.

En somme, l’amour véritable n’est pas dans le sentiment mais plutôt dans la volonté.

La dépendance.

Une des patientes de Scott Peck, que le mari vient de quitter, lui explique qu’elle aime son mari et qu’elle n’arrive pas à vivre sans lui.

L’auteur lui explique alors que ceci n’est pas de l’amour. Lorsqu’on on a besoin d’un autre individu pour survivre, c’est ce qu’on appelle du parasitisme. Il n’y a plus de liberté.

Il faut différencier le besoin de l’amour.

Selon Scott Peck, deux personnes ne s’aiment vraiment que lorsqu’elles sont capables de vivre l’une sans l’autre mais choisissent de vivre ensemble.

Le problème des gens passifs-dépendants, c’est qu’ils attendent d’être aimés sans réellement chercher à être dignes d’amour. Ils dépensent tant d’énergie à se faire aimer qu’ils n’en ont plus pour aimer.

L’amour véritable est un dépassement de soi, il demande un certain effort que les gens passifs-dépendants ne sont pas prêts à faire. Ils ne cherchent qu’à être aimés et à recevoir. Cela dit, ils peuvent faire des efforts mais dans le seul but d’être aimés et non d’une évolution spirituelle de leur personne.

L’amour implique un changement de l’individu mais le sens d’un dépassement plutôt que celui d’un sacrifice. L’amour élargit le moi et le remplit plutôt qu’il ne le vide.

Un acte d’amour demande un certain effort, un de ses principaux aspects est l’attention. Lorsqu’on écoute attentivement quelqu’un et qu’on lui donne toute notre attention, c’est un véritable acte d’amour puisqu’on laisse de coté tous nos problèmes, nos préjugés, nos désirs pour entrer dans le monde de son interlocuteur.

Ma conclusion.

Je rejoins Scott Peck dans sa vision de l’amour sur plusieurs points. Tout d’abord, le mythe de l’amour romantique encourage la paresse, anéantit tout dépassement ou développement personnel puisqu’on pense faussement qu’en ne faisant rien, un beau jour on rencontrera notre moitié que les astres ont choisis pour nous. Dans ce cas, expliquez-moi pourquoi la solitude fait un ravage dans notre société ?

Je pense que l’amour est un acte de courage et de volonté, il faut se dépasser et évoluer afin d’être digne d’amour au lieu de penser que ça va nous tomber dessus un beau jour par magie puisque le ciel l’a prédit pour nous.

Et vous, dites-moi dans les commentaires, comment vous définissez l’amour ?

Votre humble serviteur,

Kamal.

Je vous invite vraiment à lire ce livre. Il a littéralement changé ma vision des choses sur le véritable amour. L’amour n’est qu’un chapitre parmi les 4 du livre, Scott Peck aborde aussi la notion de discipline.

Pour les plus curieux, ce livre est accessible juste ici.


1 commentaire

La charte du séducteur à succès - Les hommes séduisants · 12 novembre 2018 à 0 h 42 min

[…] A lire aussi : L’amour, qu’est-ce que c’est que réellement ? […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :